Yazid - 16'30 Contre la Censure lyrics

Published

0 265 0

Yazid - 16'30 Contre la Censure lyrics

[Intro: Eben (2 Neg')] Ouai j'voulais dire, bon écoute j'voulais dire: Cercle Rouge de retour contre toutes les censure possibles, oui j'vais l'dire contre tous ces fils de ..."biiip" Putain vous faites quoi ? c'est toi Fabien ? "Mais non c'est pas moi c'est Jeff" "Mais arrête c'est Spirit" Ouai, ouai c'est tout, à chaque fois qu'y'a une censure, hein, c'est jamais personne J'vais leur dire aussi qu'c'est des encu..."biiip" Ouai et pas n'prendre pour des c..."tuut" encore longtemps Eh vous l'faites exprès ou quoi ?"biiiiiip" Mais mer..."biiip" fais ch..."biiiip"... [Verse 1: Sat L'Artificier (Fonky Family)] Qui fait du censeur censé Contrôler nos dires, nos raps, nos pensées [ N.I.K.] Sur ce son, soeur, j'compte bien représenter Nos consors, en insensé Déverser les vérités que j'recense et dire tout c'que j'ressens C'est ma vie ça ? alors m'les brise pas si t'as un 'blème avec FF de Mars' débarque et t'cloue l'bec, vite fait bien fait Comme des mecs cagoulés Rapper m'colle à la peau tel une sangsue Et ça se sent si j'prends une version cash, que j'pose dessus A coup sûr, à ce jour, personne m'empêchera d'l'ouvrir Tant qu'de bon et pauvres gens continueront d'souffrir Estimez-vous heureux c'est juste des mots pour se faire entendre Jusqu'à c'qu'on descende ensemble,pour tout foutre à feu, à cendre ! [Verse 2: Don Choa (Fonky Family)] Me traite pas d'jeunes à problèmes Juste d'calcineur de pollen Les accrocs aiment le bordel Nos propos l'sèment Mais l'été est là avant qu'on s'en mêle Heureusement, ici, on te torture pas pour ce que tu as dit Surtout si c'est qu'des pécadilles Là ça leur plait bien aux PDs J'suis pas sortit de South Central, ni d'nulle part Tu connais ma section, c'est du nique tout comme South Park Ou l'historique FF on cherche pas la merde, c'est juste le son qu'on trafique Au mic responsable de ma**acres comme Elf en Afrique… [Verse 3: Menzo (Fonky Family)] Faut que j'parle cash, qu'l'état sache, qu'aujourd'hui notre rap marche On s'acharne à nos vies donc ça fâche les vaches La rue notre repère, on a vu c'que vous avez fait à nos pères Travailler pour une misère c'est grave On dérange mais dorénavant c'est trop tard Comme disent mes potes "on a not' truc à faire" J'choque les plus fort en grammaire Institution française, ceux qui empochent nos Francs Assis sur une chaise Après faudrait qu'on s'taise Nique la musique de France et la censure Qu'le pays s'ra**ure Cercle Rouge - FF, une grosse bavure [Verse 4: Vestat (Basik)] Yo, il flippe le sas, boom et shoot La censure pa**e mes textes à la loupe Bosse ton jeu Boy Scout Mission accomplie tant que plane le doute Il faut qu'ma science pa**e devant Mène devant Sème devant la rage Hé, mais sans laisser de bains d'sang On s'obstine, faut qu'la rime contamine Chez l'homme en baggy et blue-jean En France on s'exprime, parler devient un crime Le rap est dangereux : verbe, argot illicite C'est dans l'regard de ses mômes, que la vérité est inscrite Je suis sur la liste de la censure, ils savent que vos oreilles sont séduites Nique la censure, il faut que la vérité soit dite Honnêtement, c'est plus de rime pour plus de crimes, maintenant Que la rime est bonne et fine, je connais la bonne combine en ce-Fran [Verse 5: Sinistre (Malédiction du Nord)] De qui sont, ces balles qui sifflent sur nos têtes ? Ces préfets qui décrètent, arrêtent des lois façon cha**e ouverte Parce que j'sème ma graine dans leur jardin secret Pousse comme le cannabis dans leur paradis parce que j'créé La rime qui gêne, la rime qui chatouille Les consciences, mes douilles Par tes patrouilles, ta douce France part en couille Là où ça pense ça dérange Là où ça rappe ça démange La vie se mélange à l'art et le mien est l'écho des coups qu'on s'mange On boycotte ma prod', empêche ma plume de taffer Pour s'installer, l'autocratie pa**e par l'autodafé On brûle : les disques indésirables, les films indésirables Le genre d'ouvrage qui inspirent les inquiétudes comme le sourire du Diable J'te promets nous on s'fera plus en-lec' On dira c'qu'on a à dire et désormais ça va cogner sec Il est temps que le underground ouvre sa gueule La réalité au mic, j'la donne pour ceux qui veulent Pour ceux qui tisent la bonne rime fraîche des MC's Qui toastent avec intelligence et savent c'qu'il disent De l'ombre je suis sortit, désormais t'es avertit Face aux grands d'ce monde, la vérité sort de la bouche des p'tits [Verse 5: Eben (2 Neg')] J'aurais pu quer-bra, vivre de quage-bra Puis finir enchaîné comme Kounta Me réveiller et dire qu'ma vie coûte à Une erreur de jeunesse mais c'est pas l'cas J'ai choisit, de faire du peur-a hardcore sans faire de sentiments Car dans la rue pas d'charabia, avec l'Etat c'est la carotte qu'on s'prend Alors la censure, rien à foutre: dénonce, shoote dans l'tas Enfonce l'Etat, resserre l'étau, prononce la vendetta Le malaise faut l'décrire et puis tant pis si ça empire La merde en France c'est pas nous qui l'avons créée, alors pourquoi s'mentir L'Etat "nique sa …" même si sa mère j'la connais pas J'serais certainement pas l'dernier à l'avoir violée dans un d'mes peu-ras Crois-moi, j'ai la haine aucun vaccin ne pourra me calmer Et sache que l'poids d'mes mots ça équivaut à 50 000 tures-voi cramées Rap corsé, langue française pour multicolore Jeunesse blessée, remplie de blessures, déçue par le tricolore C'est plus : on censure Eben, qu'Eben sait plus ses peu-ra J'veux pas surfer entre les problèmes, j'veux carrément foncer dans l'tas [Pont] - Eh Spirit stoppe la musique, stoppe la musique Spirit Stoppe ça, stoppe ça Eben: Attends tu crois vraiment là qu'j'ai été hardcore ? qu'j'ai représenté le texte au maximum, là ? - Tu vois, j'crois qu't'aurais pus rentrer un peu plus dans l'fond du sujet, tu vois un peu plus bien dedans - Plus hardcore encore ? - Ouais, ouais, encore, vraiment tu vois [Reprise: Eben (2 Neg')] Rappelle-toi Fabius : sang-contaminé... Aucune censure ! Le Pen : les camps d'concentration, un détail... Aucune censure ! Quand pour Chirac il y a des mauvaises odeurs... Aucune censure ! Quand les keufs flinguent des jeunes dans l'commissariat : Aucune censure ! L'histoire des sans-papiers, homme politiques : Aucune censure ! Qu'les chômeurs s'font per-ta par les CRS : Aucune censure ! Quand ces mêmes CRS foncent-dé une église : Aucune censure, aucune censure, aucune censure… [Verse 6: Abou (Micro-organism)] On la reçoit comme Jean-Marie en Martinique Gauche-droite, moi j'opte pour l'activisme Micro-organism : Bou-A stoppe Tout pacifisme, thèse ma**ive 9-8 j'reprends mes droits en 16 mesures Extrémiste, subversif, bref contre l'Etat Polémiquer, j'ai plus l'temps : faut qu'tu saches ça ; Quand la voix n'suffit plus à s'faire entendre faut des actes, moi Dans ma chambre j'produis des bombes artisan*les Donc range tes textes et fais d'même, c'est facile d'ailleurs j'ai àl Sous les yeux d'quoi faire craquer ta cité Sauter des têtes sitôt qu'j'aurais ajouté le clou du spectacle à ce plan d'maître Faire participer l'Etat à mon trip, mon but: Faire en sorte qu'il mette le couvercle sur ma cocotte-minute Que vite la pression monte, compte-à-rebours enclenché C'est d'ors et… déjà trop tard pour désamorcer D'un premier ou second degré ? Maintenant à toi de voir Mais sache que nombreux s'ront brûlés quand la vérité éclatera [Verse 7: Diesel (KDD)] Y'a trop d'enjeux, les jeunes qui prennent le mic sont trop dangereux L'Etat me censure quand je veux cracher des vérités, vieux Ils ont trop d'choses à cacher, moi j'ai trop d'choses à dire J'peux pas laisser faire un Etat qui veut interdire Toute forme d'expression de not' part Quelque part, je comprends: ça leur ferait peur de voir des lascars qui ont raison Et pour ceux qui ont pour vision de nous foutre en prison Sachez que sur le micro on est plus d'un million J'effraie les pince-cul en cravate, bureaucrate Qui pensent que nous n'aurons jamais la parole du pas d'nos banlieues Un "nique la police" a autant d'impact que les balles d'un gun Et si j'dis "nique la police", c'est "nique la police" dans la tête de 300 000 jeunes Tous unis par les mêmes propos le temps d'un morceau Mobilisés pour l'éveil des esprits bluffés par l'info Info filtrée, réseaux politiques, l'Etat balise Si tous les groupes s'alliaient et se mettaient en cellule de crise… [Verse 8: Dadoo (KDD)] J'accouche mes textes dans la douleur: ils veulent que je me taise… Trop d'mecs qui bougent contre le stylo : ils veulent que je me taise… J'deale des mots pas d'la came che-lou : ils veulent que je me taise… Que je me taise ? là le silence a l'odeur de la baise Contrôles de condés hagards : hein ! Tu veux que je dise quoi : hein ! Que je reste cool, à l'aise dans mes Cortez : hein ! Que je dise rien ! Finir plaqué au sol comme un Comorien Que l'affaire s'ta**e comme une lia**e Que le français moyen ne voie rien Moi on me dicte pas tout Mon nique tout, c'est du nique tout Mes 400 coups sont mes 4351 coups T'as le droit de dire ce qui est dit, d'écrire ce qui est écrit Pour eux le rap c'est comme toubib: prends ce qu'on t'as prescrit On te pique tout ; l'Etat un Picsou, qui s'arrête pas à tes sous Et qui te brûle, sans dessus-dessous Double-Delta, Cercle-Rouge, cette fois-ci on brûle tout On rase tout : Black PPDA alias Dadoo [Verse 9: H2O (KDD)] Et dire que je me plaignait en cours quand mon prof voulait pas que j'ouvre ma bouche Et dire que je me plaignait en cours quand on disait que mes textes étaient louches Le rap, le seul moyen d'expression pour H2O J'ai lâché toutes mes tripes pour ce putain d'soit-disant fléau Et maintenant on ose me dire que ma zique est une musique à part Son à part de p'tits délinquants finissant dans un rempart Tout l'monde sait qu'le rap dérange mais que veux-tu c'est comme ça On nous prends pas encore au sérieux mais t'inquiètes ça viendra Pour l'instant je prie dur que ma zique monte et nique tout Au nom du Kappa Double Delta, H2O rappe un point c'est tout [Verse 10: Akhenaton] Un jour tu susurre un track-show Quelques journaux t'chient d'ssus Mais l'vent tourne et plus tard un gars te tire d'ssus À quoi ça rime deux rimes seules ? Sonne autant devine, j'bombe le torse Même si sur mes textes le ciel tombe J'brandirai tout c'qui a fait notre amitié, Sako L'Etat m'fait peur comme l'état des miens m'fait pitié, pain-co Et qu'mon son sur les murs et les mots servent : Qu'on m'censure mes mots d'serf Tu aurait vu d'là, ma faim d'sans mesure [Verse 11: Sako (Chien de paille)] Si le vieux l'changent, pas les vies Les mêmes p'tites gens dans les faces Pleines d'plis sur les mêmes pigeons Une plaie d'culture nous nargue Notre art : l'unique chance de vendetta Comme les énarques qui niquent, narguent, font l'Amérique State Dans les mairies qu'ces gars briguent Mon rap irrite parce qu'il se mêle d'ce qui gêne Et puis d'quoi on s'mêle si on s'mêle pas d'ce qui gêne Ils ont fait d'nous "Sako et VenzeChill" ça compte et ??? [Verse 12: Akhenaton] Leur dire qu'on était des gosses bien ? ils en ont rien à foutre ! Comme ils en ont rien à foutre, qu'on ait rien d'bien à foutre Comme on s'accoutre ça choque leur mœurs Mais qui sait des pervers pleins d'foutre Par ces vers qu'ils aillent tous se faire foutre Nous somme les Maures sur le drapeau Sarde Bâillon sur le paupières, le drapeau s'targue Et nos vies sentent le graillon, à ce stade à quoi bon ? Y'a quoi d'bon si on s'la ferme ? Si on s'lâche ferme, on s'lâche plus, j'veille avec un schla**' ferme [Verse 13: Sako] Le silence implicite, complicité La cha**e est ouverte, schla**' à tout va Les penseurs : leur camp s'serre Les dents des censeurs, serre leur poings Ils veulent nous tuer parce que le mot les tue Rentrer ces voix dans nos gorges Qu'tout soit clair comme l'eau d'roche J'crierai sur les toits qu'ici pour qu'les bouches s'ferment On corrompt les cœurs, mes coups seront de courts textes L'écho des cris d'mon âme L'décor décrit n'est pas fictif même si dès qu'on l'décrit Qu'pléthore des kleenex des cœurs écrits pour qu'il renaisse enfin [Verse 14: Yazid] Al belek quand le Arbi s'y met Aucun simulacre. La censure: ma**acrer l'homme à abattre Ainsi que, tous ceux qui ont le parler-haut trop vrai Les mecs trop près du réel qui n'romancent pas les faits Ceux qui n'renoncent pas, les vrais Qui côtoient l'injustice de près Ceux pour qui la misère n'a pas d'secret Mais créent des textes qui éveillent les consciences Dès lors, ça créé l'trouble dans l'cerveau du schmidt gueulard Alors dis-leur qu'l'heure est venue pour nous d'l'ouvrir De tout dire, la censure : qu'il aillent tous mourir Ils m'font surtout rire quand ils parlent d'nous censurer Nous on crie, juste haut et fort ce que l'élite nous fait endurer Joue les curés quand il s'agit de nous, ça Quand Madonna montre son cul, là, ils applaudissent tous debout Le pouls à 140, ils rêvent d'y mettre leur carotte Encore une bande de crâneuses qui joue les propres [Verse 15: Mystik] Tu ne tariras pas mon activité Main mis de côté N'a**agira pas ma verve critique Mystik, d'une autre école, d'un autre bahut Que du chahut Je n'fais qu'chanter les peines et les espoirs, les sœurs, les frères qu'y'a eu En scred, mon esprit est libre, vibre On veut m'faire fermer ma bouche car j'touche leur fibre ; Comment écrire quand les interdits tombent plus vite Que les caractères d'un télé-script Quand nos films, nos textes, nos pensées me tètent, irritent Finis les bruits silencieux, même sse-lai, seul et scellés en solo Debout dans les roues j'ai l'bon essieu Je suis d'ceux qui au micro niquent le décor Le transistor, au micro sonore, empêche ces messieurs de mi-dor À chaque attaque j'brûle vos droits d'véto Lève l'étendard de révolte comme l'étau Mon blaze me trahit J'avance à tâtons avec le Cercle le plus haït [Verse 16: Prodige Namor] On a des comptes à régler au pays d'la liberté des censeurs C'est sincère ma section va saigner même si l'on s'en sort Les infos durent toujours une demi-heure à la télé Déclarent des contre-vérités Au J.T. l'agité fait vent d'Etat Les médias méditent sur « que fait la police » et l'boycotte Quitte à cacher la réalité du monde et t'offrent un bon colt J'mène mon enquête sur ma quête et pas d'pitié pour les estampes Pour certains c'est l'festin La mort en empestant le teston des plus démunis C'est à la pauvreté qu'j'fais référence Ils voudraient qu'j'la ferme alors qu'à peine commence ma conférence J'parle et j'dis c'que j'ai à dire forcé qu'ça fa**e grincer les dents La prise de position c'est chaud selon la couleur d'l'épiderme Beaucoup aimerait m'entendre chanter "il court, il court, le furet" Les moralistes de la France profonde de Monsieur l'curé J'balance ma purée, j'évolue dans un style épuré En featuring avec le Cercle Rouge on détruira nos adversaires [Verse 17: Endo (Basik)] Ils veulent me scotcher la bouche Ils se touchent Mes speechs mettent de l'ordre, mes textes mordent Je gêne et sème la discorde Ma horde crie révolte, ce mot d'ordre Mon rap résorbe le désordre Merde la censure nous absorbent… J'suis anti-flic et F.N Nique leur mouvement de haine Les jeunes se plaignent, on baigne dans l'injustice Nos stylos saignent J'lève mon majeur, j'fais couler d'l'encre Ils veulent clouer mon bec ces cancres J'défonce la porte pour que la vérité entre; Dans ma triste époque, j'défends la cause de mes tristes potes Censure ou pas peu importe, j'place mes idées fortes; Le flic faf' n'est pas une légende, il faut qu'on s'défende Les gens qui commandent veulent couper mes jambes et couper ma langue; L'Etat nous berne, le mot "nique" devient mon terme J'dis c'que j'aime, le soin c'est c'que j'aime Pas moyen qu'j'me prosterne J'reste fort, j'marche encore, parle encore, gueule encore Tant qu'y'a désaccord, j'rappe encore, j'rappe encore [Verse 18: Niro (2 Neg')] La France veut m'bâillonner, me faire taire, m'empêcher d'parler Ceux qui la gouverne savent que de ma bouche peut venir le danger J'pense trop, je gêne trop, la France censure mes propos À coup d'procès, coups d'matraque et d'bombes lacrymo On s'organise, papy La France flippe, papy Le mouvement d'ma**e fait peur, la pression monte, papy Bien, on amplifie les cris d'rage d'une jeunesse Promesse, les voitures brûlent de Strasbourg jusqu'aux tess' de l'Est C'est feu et cendres Ici, tout l'monde veut s'faire entendre La foule se mobilise, les casques de CRS vont s'fendre J'lutte pour mes convictions, céder sur seule solution: Contre-censure, pression, féroce Niro en mission [Verse 19: Ménélik] Ménélik, MNLK World-Disney, 24 carats Souviens-toi c'est l'gars qui fait la te-fê même quand ça va pas; J'veux une musique plurielle, loin des envieux : Que penser des gens qui pensent que le Hip Hop est à eux Si la censure est l'action de faire taire les autres Très bien pourquoi faire le ménage ailleurs faisons le notre Bon ben, le premier qui sur mon texte posera une rature, se sera censure Ça coule de source tellement c'en est sûr Ai-je le droit d'dire que je n'aime pas qu'tu t'appelles Nique Ta Mère ? Si tu m'fais taire c'est sûr qu'il y aura d'la censure dans l'air Quand S###### préfère jouer les groupes signés sur major Est-ce de la censure, hein ? dis-moi si j'ai tort Arrête la langue de bois, maintenant il faut m'dire de quoi il s'agit Mes gars s'agitent, mes beaux discours n'les arrêtent pas Trop d'négro qui croient posséder la science infuse Trop d'D.A. kiffent signer le beurre à profuz' Trop d'média qui à force de sucer, la bouche s'usent Trop d'major qui prennent la tendance comme une muse J'ai du succès, c'est vrai, je sais, mais si j'tombe personne me loupe Saloperie de censure, faut savoir cracher dans la soupe Pamphlet numéro 1 Ménélik [Verse 20: L'Âme du Razwar] Je pense c'que j'dis, donc j'dis c'que j'pense Impossible de me stopper dans mon élan, première sentence Rytmo, pour abolir la censure J'table sur les mots, finis les blessures De carrière et d'égaux Y'a pas d'effets sans causes, une cause commune Tous pour la même cause, on cause jusqu'à l'over-dose Y'a comme une odeur, une pression sur la liberté d'expression Ils veulent refuser au public nos prestations Moi j'veux d'l'action dans mes textes de rap pour des lyrics Toxiques, explosifs, corrosifs, on changera pas les armes : nos lexiques Hé, ils veulent nous voir les nerfs à vif À bout d'nerfs, ils veulent nous voir vénèr À bout d'souffle, ils veulent… et merde, mais qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? Elle plait pas aux bâillonneurs haut-placés Message sous forme de baillonnette pour les déplacés Placer bientôt, l'Âme du Razwar pour briser l'étau L'Ame du Razwar bannit l'véto Piqûre de tranquillisant comme au véto On m'censure de quoi s'lever tôt On m'susurre que j'ai pas d'bol, con Ils sont sûrs qu'ils veulent me trôle-con S'a**urent qu'mon co fa**e pas trop l'con Trop j'parle, quitte à être peu Des lyrics blindés, phrases subliminales Ben quoi ? t'as l'air surpris minable ! Quand on veut poucave des scoops Tout-l'temps on s'téléscope Les ondes, les antennes s'coupe Délie ta langue ou j' ripe tels les scouts Puis écoute : bien dire fait rire, bien faire fait taire C'est l'foutoir, l'Âme du Razwar fouteurs de merde A bon entendeur demi mot Y m'reste trop d'costars à tailler, les mettre à nu comme dans Streap-Tease, Demi Moore [Verse 21: Insomniak] L'Insomniak au mic' s'place, s'pose Fais-moi grâce, j'cause, j'explose le CSA Puis mes sujets j'expose Une grande cause: impossible d'tenir ma langue de m'taire Les baillons, les œillères nous servent de batailles en hiver L'air de rien je signale: éclaboussures, blessures L'Insmoniak, l'afflux d'fissures, méfie-toi d'la morsure Du scorpion, qui retombe sur ses pattes Qui pète le score et l'pion t'met en échec et mat Leur vocal blesse, le total stress Ce sont des pestes, aussi tordues qu'la lettre S Les conflits confirment ma face aride J'suis l'ardent défenseur aux arguments torrides [T'aurais dû l'savoir]: 6-6-6 fois 3 font 1-9-9-8 Course poursuite du fils durant les trois 8 De chez White et Spirit, la vérité s'ébruite Les MCs restent les furets par qui pa**ent les fuites… [Verse 22: Driver] Caméra, média sur mes pas Textes surveillés à la loupe de haut en bas De fond en comble, les mots des rappeurs sont guettés Boycottés, les bâtons dans les rues j'les bouffe pour mieux les cracher Vomir c'que j'ai envie d'dire, ma direction Érection ou injection de rimes ma protection La ligne de conduite, fil conducteur Noyau, vif du sujet, c'est là qu'j'vais Et si on m'roule je roule dessus, obligé: Driver c'est mon nom, quand j'veux cracher, j'crache; La censure va s'noyer dans mon molard, qu'elle le sache Tu peux pas m'empêcher de dire c'que j'ai à dire Ma langue est libre et pour toi c'est ce qu'il y a de pire [Verse 23: SoldaFada] Laissez-moi a**urer Y'a pas d'blanc sûr et on est censuré L'information circulera quand même sans censurer certains Faut se taire, bah, nique sa race, j'fais mon job c'est des News fraîches que les SF pêchent aux quatre coins du globe BDB OOGY car on acte dans la même bataille La censure fait qu'on a toujours pas d'maille Se serait con qu'j'travaille donc de t'façon, garçon On s'en bat les couilles, mon crew prépare son combat Et les gros tron-pa mordront à l'hameçon Constamment les médias médisent sur le mouvement « Une mode à coups de vent » mais ça fait déjà 10 ans 10 ans qu'on peut s'y exprimer, soi-disant [On censure un film, un concert et toi tu dors, c'est pas l'moment] C'est pas nouveau donc on chie dedans Et prie pour voir un jour le CSA les pieds devant J'dis c'que j'vis, j'vis c'que j'vois M'censurer pourquoi ? SoldaFada, black bazooka, rap renégat Opposé à tout quota en France Le rap en télésurveillance Donc ta bienveillance, yeah, on pa**e outre Autorité, juges, censeurs, rien à foutre [Rien à foutre, t'entends ?] Donc, c'est parti, j'te mets tout sur étalage comme un Pakistanais Papy j'connais, les Victoires de la Musique ce sera j'sais pas qui c't'année Pas d'pistonné Nakk, Nakk veut pas qu'on l'bâillonne D'ac', d'ac' chaque claque de nous en fait du rap tout-terrain 4x4 Ils niquent ma musique, ça m'amuse, les muselières Sont pour nos gueules, j'suis ému ils ont même lu Molière SoldaFada, tu m'diras, ils sont débiles ceux-là: Pour eux j'suis plus proche de Mamadou l'Zoulou que d'Émile Zola Avec White et Spirit, une version adéquate et j't'irrite Quoi t'es stérile ? t'accouche pas, mon micro de 500 Watts est terrible Prendre les armes ben… j'sais pas. On hésite Ils ont mis des chaînes à mes ancêtres, faut pas qu'il mettent des chaînes à ma musique Et on verra, qui fait l'con, qui paiera Ça on l'saura, quand la majeure partie des majors participera