V2 Music - 79 à 97 lyrics

Published

0 352 0

V2 Music - 79 à 97 lyrics

[Couplet 1 : Pa**i] 79, voici Pa**i dans la vague pour Paris Ma famille est nombreuse, à Babylone on atterrit Au pays la vide est rude, le voyage est donc le prélude A l'épisode Neg'Ä Sarcelles, venu pour faire ses études Avec Lazhiz, crise au fond de la cla**e, nos places a**ises On baptise nos biz, bêtises, nos premiers vices s'aiguisent La 5, les stranges, Goldorak en thèmes de jeux C'était les jours heureux pour un petit re-noi fougueux 13 ans ti mal, l'époque du centre commercial Mes magasins préférés étaient Prisu et Escale Ça marchait souvent, donc on y allait tout le temps T'entends clic, clic, clac, clac, clac, pour des bric-à-brac Internat, après conseil besoin de supériorité Car les embrouilles, les années, le H.I.P m'ont chopé Moins dans l'quartier, poussé à aller taper J'engrenais les miens à bouger et serrer 91, premier disque, première part dans les bacs 92/94, nos tactiques toujours l'attaque [Refrain : J-Mi Sissoko] Le voici en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem" Pa**i en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem" [Couplet 2 : Pa**i] Années 90, entre fonce-dé, zetla et 16 Les histoires de pèze en dansant sur des braises Beaucoup trop de foutaises, j'ai souvent vu le chiffre 13 Tout en évitant le Père Lachaise Les profs, le rap, la rue et les co*ktails molotov Ont forgé l'altesse double S en lui offrant une étoffe Les T.A.B, la Secte, le M.Ä.,les R.C.A Les Chauds Lapins, la Clinique et mon Secteur Ä Sarcelles, Garges, Villiers, P.L.C : là étaient mes pas J'ai trimé dans le son, étant Ämer et aigre Règne de la pègre, des nègres intègres Beaucoup d'ennemis, ça mon pote Bugsy te l'a dit Mais qui veut la peau du P.A."DOUBLE S"I. ? Un mec de ma renommée est ciblé, visé J'ai poussé mon Ministère en fréquentant le secondaire Eu des embrouilles, galères, où des balles sifflèrent Même absent, je veux être de ceux toujours présents J'en ai sué, j'en ai à fesser et pour ce tu me connais [Refrain : J-Mi Sissoko] Le voici en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem" Pa**i en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem" [Couplet 3 : Pa**i] 79 à 97, entre les traîtres, les prises de tête Y a eu les choses partir en couilles, les changements de facettes Certains ont pris la meumeu comme thérapeute D'autres galèrent aller-retour, derrière les barreaux se pieutent (c'est la merde) J'ai commencé avec plein de tigres dans la meute De jeunes prédateurs ayant le goût pour l'émeute Beaucoup, un moment nous ont partiellement quittés Malheureusement comme Armand, d'autres pour toujours (respect) La vie du tié-quar pousse les lascars je ne sais où J'ai vécu des sales coups et j'en ai appris beaucoup Bâtiment A et B, dans les sombres quartiers en son-pri Le phœnix renaît après qu'on l'ait coupé de sa vie J'ai une galère, comme affaire et un jugement j'attends Pour une histoire où nous sommes tous perdants Mama pardonne-moi si ce pourquoi je suis ici Tous ces diplômes, je n'ai pas conquis Mama félicite ton fils, je suis droit dans mes choix On apprécie ma voix et mon nom prend du poids [Refrain : J-Mi Sissoko] (x2) Le voici en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem" Pa**i en solo pour un nouvel album Pour toutes les métropoles mais aussi pour les DOM-TOM Traîtres, pourquoi tant de haine, 95 200, c'est la même Comme dans le pa**é, il refrappe, "c'est toujours idem"