La Gale - Frontières lyrics

Published

0 165 0

La Gale - Frontières lyrics

[Couplet 1]: Du phosphore blanc pour mes peines De la honte sur mes gènes Ils nous ont exploités sans gêne Toutes nos ressources sont taries à échelle surhumaine Je suis la peur aux confinement de leurs nerfs Et me larve avec torpeur aux quatre coins de leur Enfer Je suis tout ce qu'ils haïssent, ils en ont décidé ainsi Le jour qui m'a amené ici a amorcé mon sursis Mon nom jamais épelé inscrit en lettres capitales Sans drapeau, sans couleurs, sans base gouvernementale Pour des nations baties à l'usure de nos sandales Et qui se garderont bien de soulever tout scandale Pour nous l'espoir lentement s'est tari par escale Entre charter, expulsion, univers carcéral être à jamais la bête noire de ces chacals Est mon ambitions première, je considère que c'est normal [Refrain]: Le pa**age d'une frontière, le néant d'une carrière Des drônes, des gravières, des dettes en surenchère Le pa**age d'une frontière, le néant d'une carrière La force par-dessus tout d'être autre chose qu'hier Des drônes, des gravières, des dettes en surenchère Une brèche pour une guerre à ciel ouvert [Couplet 2]: J'ai claqué la porte, il y a de ça fort longtemps Ne crois plus à la paix mais à un violent réajustement Et je brûle, me consumme en quatre temps Une ceinture à la taille, prête à faire feu sur vos gens Pour des générations acquises par nettoyage mental à qui je souhaite un examen de conscience radical Si ce sol je foule encore C'est pour que mes pas y restent imprimés après ma mort "Tu es né poussière, tu retourneras poussière" Les vautours, chaque jour dévoreront tes vicères Tu verras que rien ne sert d'espérer en vain Que la résignation pour toi est le plus court des chemins Sur la brèche insolente et la branche qu'ils ont sciée Se tient le rêve jamais brisé d'un à un les voir tomber Des racines a**èchées de nos précieux oliviers Aux pieds des cubes de béton et des jardins aceptisés On prend part à la réécriture du scénar' Quand les lumières s'éteignent, quand à nous s'offre le soir Les murs se taisent, nos morsures saignent mais réel est le cauchemard Il ne s'agit que de temps pour que tous comprennent l'histoire [Refrain] Paroles rédigées et expliquées par la communauté RapGenius France